• #CestMonStage : Maxime (3ème année PGE), Assistant chargé de projet événementiel chez QSM Sport

    C’est en mars que Maxime Plazenet, étudiant en 3ème année du Programme Grande Ecole à AMOS Nice, s’en allait à la découverte de l’événementiel sportif australien et de ses magnifiques paysages. Quatre mois plus tard, il nous raconte son expérience.
    Bonjour Maxime, peux-tu te présenter en quelques mots ?
     

    J’ai 21 ans et je suis originaire de Clermont-Ferrand. Je vis actuellement à Nice où je viens de terminer ma 3ème année du Programme Grande Ecole. 

    Après plus de 15 ans de football, je pratique aujourd’hui de nombreux sports différents (running, plongée, parachutisme,…). Le sport a toujours était une sorte de pilier pour moi et aujourd’hui encore il véhicule des valeurs auxquelles j’adhère et qui me sont chères : partage, accomplissement et dépassement de soi, goût de la performance, etc. Il nous fait vivre des émotions uniques, c’est donc une des raisons pour lesquelles je veux travailler dans ce domaine. 

     

     

    Cette année, tu as décidé de faire ton stage en Australie, à QSM Sport. Quelles y sont tes missions et pourquoi l’Australie ? 

     

    Je voulais partir depuis longtemps dans un pays anglophone pour améliorer mon anglais et l’Australie est un choix qui s’est fait assez naturellement. 

    Je termine actuellement un stage de quatre mois au sein de QSM Sport, organisateur d’événementiel sportif (organisation de triathlons et des courses cyclistes), basée à  Brisbane en Australie. Notre équipe est composée de six personnes dont deux stagiaires français. 

    L’activité de QSM Sport s’articule autour de trois axes majeurs : le consulting, la gestion événementielle externe et enfin, la gestion de ses propres événements, dont QSM Sport gère également la communication, le marketing, la comptabilité,… En résumé toutes les activités indispensables à la bonne réalisation d’un événement sportif. 

    Mes missions sont variées et se répartissent en deux parties : une phase en amont de l’événement et une autre pendant l’événement.

    La première partie comprend de nombreuses actions de communication, de marketing, de prospection et de stratégies événementielles. Ainsi, j’apporte un soutien en matière de community management, de publicité, de mise en place d’une communication adaptée et personnalisée, de suivi des ventes, de sponsoring et enfin de recherche de nouveaux « athlètes » comme potentiels clients.

    La deuxième partie, elle, concerne l’événement lui-même et les quelques jours en amont. J’ai alors pour mission d’assurer la logistique de l’événement en question (inventaire, mise en place, etc.) ainsi que la gestion des équipes de volontaires mobilisés.

     

     

    Envie de partager un souvenir en particulier ?

     

    Il y a tant à raconter… Le meilleur souvenir que j’ai de mon stage est sûrement l’aboutissement de chacun des événements mis en place avec QSM. Je ne peux également m’empêcher de mentionner les rencontres enrichissantes que j’ai pu faire tout au long de cette expérience (collègues ou personnes extérieures à l’entreprise).

    Mis à part cela, l’ensemble des lieux que j’ai pu découvrir (Brisbane, Byron Bay, etc.) restera un souvenir fort, gravé dans ma mémoire. Une mention spéciale pour Sydney et son « half-marathon », que j’ai également couru et qui resterons aussi un souvenir extrêmement fort.

     




    La fin de ton stage approche, quelles sont tes aspirations pour la suite ?

     

    Dans un premier temps, je souhaiterai continuer de me former, acquérir un maximum de connaissances et multiplier les expériences professionnelles en terminant mes études à la suite de quoi je voudrais poursuivre quelques années d’expérience au sein d’une structure d’événementiel sportif, que ce soit en France ou à l’étranger. Enfin d’ici une dizaine d’années, j’ai pour projet d’entamer une nouvelle aventure en ouvrant ma propre entreprise dans ce domaine. 

     




    Quel conseil donnerais-tu aujourd’hui aux AMOSciens ?

     

    Je les encouragerais tout simplement à ne pas avoir peur de se lancer et de ne pas hésiter à sortir de sa zone de confort pour faire ce que l’on aime. 

     

     

    Un grand merci Maxime pour ce partage d'expérience !

     

     

    Plus d'actus :