• Le métier d'Agent sportif vu par Stéphane DRAY, Président de SD Management

    Stéphane Dray, agent sportif dans le métier depuis 2005, dispose des licences FFR (Rugby), FFF (Football) et FFBB (Basket-ball). Intervenant lors d’une Master Class sur le campus de Nice, il a accepté de se prêter au jeu de l’interview.

    Qu’est-ce qu’un agent sportif en quelques mots?

    Un acteur du marché du sport professionnel à part entière, au cœur des discussions entre clubs et joueurs. La fonction a évolué ces dernières années. D’un simple acteur négociant un contrat et un salaire, l’agent a dû étoffer sa palette pour maîtriser d’autres aspects notamment juridiques et financiers, tout en intégrant la dimension humaine qui reste pour moi très importante : nous sommes là pour optimiser la carrière d’un joueur et faire en sorte que chaque partie prenante (le club et le joueur) puisse trouver un accord équilibré. Pas toujours simple, car nous sommes au centre d’intérêts parfois divergents. Notre métier a évolué en même temps que le sport professionnel s’est structuré. D’autres aspects peuvent ensuite intervenir comme l’image du joueur. Tous ces éléments pris en compte, on doit permettre au joueur et au club d’évoluer dans un climat propice à la performance sportive.


     

    Pourquoi avoir choisi ce métier ?

     

    Afin d’être au cœur d’un sport passionnant et mettre à disposition des acteurs mes connaissances et, après quelques années, un certain savoir-faire. Ne pouvant pas le pratiquer à haut niveau, je prends du plaisir à pouvoir apporter ma pierre à l’édifice. 

     

     

    Quelle est la semaine type d’un agent sportif ?

     

    Il n’y a pas de semaine type, très franchement. J’essaie d’installer une forme de « routine ». Comme un sportif le ferait avant un match…Revue de presse, petit tour des résultats et faits marquants du weekend. Les journées off des clubs, souvent le mercredi et le jeudi sont destinées à visiter les joueurs et/ou les clubs, faire un point sur les dossiers en cours, etc. Donc beaucoup de déplacements, pas mal de coups de téléphone. Et un peu de sport, pour garder la forme. C’est un bon exutoire.

     

     

    Quelles sont les qualités requises pour exercer le métier d’Agent Sportif ?

     

    Travail, persévérance, organisation, résistance au stress, relationnel, esprit de conviction. Et enfin, une forte dose de passion !

     

     

    Quel est selon vous l’avenir de votre profession ? 

     

    Un avenir incertain parfois. Il faut que notre « corporation » se batte un peu plus pour défendre notre profession trop souvent décriée, à tort ou à raison. Il faut reconnaître que les agents sportifs, sur ce que j’observe, ont du mal à mettre la concurrence quotidienne de côté pour tenter de faire avancer les choses. Cela changera peut-être, même si je n’en suis pas convaincu.

     

     

    Vous avez recruté en alternance Julien Duchateau, un AMOScien en 5ème année du Programme Grande École, sur quelles missions intervient-il ? La formation dispensée par AMOS vous semble-t-elle en adéquation avec votre métier/secteur d’activité?

     

    Au sein de notre structure SD Management, nous avons voulu développer la dimension commerciale : contrats de sponsoring joueurs voire clubs, soutien digital, suivi des contrats commerciaux en cours… Il s’agissait des grandes lignes de ce que je souhaitais mettre en place, mais Julien dispose d’une large autonomie. Cette autonomie est nécessaire dans des structures (de taille modeste) comme la nôtre. Autonomie, réactivité, adaptabilité, etc. Tous ces éléments sont importants et Julien avait déjà un bon socle avant de nous rejoindre. Son intégration à la structure, il la doit non seulement à ses compétences mais surtout à ce qu’il a fait avant de nous rejoindre. Je l’ai dit aux étudiants et j’ai été à leur place il n’y a pas si longtemps finalement : la valeur d’un CV passe par ses expériences. L’école est un support et une boite à outils à leur disposition. AMOS dispose d’une expertise dans le milieu du sport et je ne cherche pas simplement des fans de sport, je cherche une compétence, des propositions, des idées, un savoir-faire. Des affinités avec le sport et spécificités dans le secteur dans son ensemble, c’est un atout supplémentaire.

    Les entreprises, à mon sens, recherchent la compétence : dans la finance, dans le marketing, dans la gestion de projet, dans la communication. Les entreprises, du milieu du sport ou pas, cherchent des experts. Aux étudiants de valoriser leur expertise et savoir-faire à travers leurs stages et leur implication dans les projets. Entre 21 et 26 ans, nous avons largement le temps de nous investir. Les employeurs potentiels y seront attentifs et apprécieront, je crois, ce qu’un étudiant aura mis en place en parallèle de son cursus. Pour peu qu’il y ait de la cohérence dans ce qui a été fait, bien entendu.

     

     

    Plus d'actus :