[Interview] Renaud Fabre, Agent sportif FFF avec la formation AMOS

"Le sérieux que dégage AMOS et la force de persuasion de son président Patrick Touati ont facilité mon choix"

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Renaud Fabre : J’ai un parcours assez atypique dans le milieu des agents sportifs. En effet, j’ai d’abord été entraineur pro de Handball pendant 15 ans en France (D2 masculine et féminine, responsable de Pôles Espoir, directeur technique de clubs) puis à l’étranger (conseiller technique de la préfecture de Nagasaki et entraineur de D3 au JAPON, entraineur D1 en IRAN puis DTN et entraineur des sélections nationales de l’Ile MAURICE). Ensuite, j’ai fait carrière pendant 10 ans en tant que cadre supérieur dans des grosses sociétés internationales à l’étranger puis en France. Depuis le 01er juin 2015, je suis agent sportif licencié par la FFF.

Quelles ont été vos motivations qui vous ont poussé à devenir agent de joueur ?
 
RF : Le monde du sport me manquait. Comme je connais bien ce milieu, son fonctionnement et ses habitudes mais aussi la façon dont on doit accompagner les sportifs de haut niveau pour leur permettre d’atteindre l’excellence, j’ai choisi le métier d’agent. Je pense pouvoir apporter une vraie valeur ajoutée aux joueurs et aux entraineurs dont je gère les intérêts.
 
Pourquoi avoir choisi AMOS pour suivre la formation ADJ ?
 
RF : J’ai un temps envisagé de me préparer en candidat libre. Mais devant l’ampleur de la tâche, j’ai jugé plus judicieux de me faire aider dans cette entreprise. J’ai donc fait le tour de toutes les préparations. Le sérieux que dégage AMOS et la force de persuasion de son président Patrick TOUATI ont facilité mon choix.
 
Comment avez-vous préparé votre concours ?
 
RF : J’ai choisi la formule des deux semaines intensives en juin et juillet. Puis en parallèle de mon activité professionnelle, je travaillais sur mes cours au moins deux heures par jour après ma journée de travail plus tous les week-ends à plein temps jusqu’à l’examen. C’est un investissement lourd. Je remercie mon épouse de sa patience et de son soutien moral. Mais le jeu en vaut la chandelle !
 
En quoi consiste l’examen le jour J ?

RF : Un QCM puis des questions ouvertes plus générales. Le niveau de l’examen est très élevé. Il ressemble plus à un concours qu’à un véritable examen tant il est difficile et le taux de réussite très faible. La préparation doit être minutieuse et réfléchie pour avoir une chance de le réussir. Je tiens à remercier Christophe HAOUILI, le professeur de droit d’AMOS qui nous a vraiment bien préparé.
 
Selon vous, les qualités requises pour exercer ce métier ?

RF : Les qualités sont nombreuses : disponibilité, rigueur, honnêteté, éthique. Mais je pourrais en citer bien d’autres.

Comment se préparer à intégrer un milieu très fermé d’autant plus que le réseau est primordial ?

RF : Je ne me suis pas préparé en amont. J’ai préféré me concentrer totalement sur l’examen, sachant que je n’avais pas arrêté mon activité professionnelle, très prenante. Ce n’est que depuis les résultats que j’active mon réseau et rencontre un maximum de personnes. Vous l’avez dit, le réseau est primordial dans ce métier. Il faut donc s’y consacrer à plein temps.
 
Comment s’y prendre pour repérer un jeune joueur sans agent ?
 
RF : Tout est affaire de réseau, il faut savoir s’entourer des bonnes personnes pour pouvoir rencontrer les joueurs (jeunes ou moins jeunes) qui cherchent un agent.
 
Quelle analyse faites-vous sur l’image de votre profession, parfois décriée, souvent fantasmée ?
 
RF : Dans toutes les professions au milieu de personnes sérieuses, compétentes et honnêtes se trouve une minorité d’incompétents, de menteurs voir de malhonnêtes. La profession d’agent ne fait pas exception à la règle. Et comme toujours on ne parle que d’argent ou des dérives des brebis galeuses.
 
Quels conseils donneriez-vous aux futurs agents de joueurs ?
 
RF : D’abord réussir l’examen en s’investissant à fond. Ensuite se préparer à évoluer dans une jungle dans laquelle il faut petit à petit faire ses preuves. Mais vivre de sa passion n’est-il pas le plus beau métier du monde ?
Faites de votre passion un métier et de vos rêves un objectif