Paris 2024 : une nouvelle étape dans l’histoire de l’Olympisme

Pour Alain Arvin-Bérod, Directeur du Conseil de Perfectionnement et des Publications AMOS, Paris 2024 est un "tournant" dans l'organisation et la maîtrise des enjeux financiers et éthiques des JO.

Paris vient d’obtenir l’accueil des JO de 2024, quelle est votre analyse ?

« C’est un retour aux sources et une nouvelle étape dans l’histoire de l’olympisme ! Un retour aux sources avec le centenaire des Jeux de 1924 mais aussi avec  l’édition parisienne de 1900 (les Jeux les plus longs de l’histoire) et enfin avec la référence française, celle Pierre de Coubertin leur rénovateur à la fin du XIX eme siècle. Mais c’est aussi un tournant….»

En quoi s’agit-il d’un « tournant » dans l’olympisme ?

« Pour deux raisons :

1) Les conditions de la double attribution, Paris 24 et Los Angeles 28 traduisent d’abord la volonté pour le CIO d’en finir avec un gigantisme rejeté par les opinions publiques.

2) Et dans le même temps le CIO initie un nouveau processus dans le suivi de l’organisation afin de maîtriser les enjeux financiers et éthiques des Jeux. Paris sera donc le symbole de ce « tournant ».

Quels sont les effets attendus ?

« Outre la constitution du COJO (Comité Organisation JO) de PARIS 2024 en lien avec le CNOSF et les acteurs publics et privés, une  « loi olympique » sera votée par le Parlement. C’est une première !  Seront ainsi fixées les priorités et les exigences à respecter par toutes les parties prenantes. »

Et pour AMOS et ses étudiants ?

« Pour une École supérieure de commerce du sport business comme AMOS c’est une invitation exceptionnelle à mobiliser nos étudiants dans tous nos campus en France et à Londres dans les sept années à venir ! L’appel d’air que crée la victoire de Paris 2024 va se traduire au-delà du seul secteur sportif, par des investissements  en termes d’aménagement des territoires, de mobilité géographique, de logements et de restructuration urbaine.  De plus, si les Jeux sont le plus grand spectacle sportif, ils sont aussi  une chance unique d’engager des actions nationales en faveur de l’éducation et de l’emploi par le sport ! »

AMOS a des projets dans ce domaine ?

« Bien sûr ! Notre réseau dynamique avec les acteurs économiques du sport complété par nos liens avec le mouvement sportif et  les collectivités va permettre à AMOS d’ intégrer dans ses  programmes de formation, qu’il s’agisse de l’économie, des finances, du marketing, du digital business, de la communication,  des data, etc…les opportunités créées par les JO :  pour élargir le spectre des métiers du sport business où vont et iront nos étudiants à la sortie de l’école.»

Mais le sport ne se résume pas aux seuls JO !

«  Absolument, mais ils en sont l’horizon, car ils font du sport, quelle que soit la discipline ou le niveau, un acteur de l’économie créant des emplois et un facteur décisif dans nos modes de vie. Pour la préparation des Jeux, par exemple, des chantiers vont s’ouvrir sur plusieurs sites en France qui vont générer des offres d’emplois qui seront pérennes dans le management du sport. Mais les JO vont créer un appel d’air sur le marché économique au-delà de la compétition parce que le sport a désormais une influence croissante dans la vie des citoyens. Qu’il s’agisse du bien-être, du loisir ou de la santé, de nouveaux modèles économiques se mettent en place car ces pratiques nouvelles  sont devenues des gisements  de créations d’entreprises et d’emplois. ».

 

Faites de votre passion un métier et de vos rêves un objectif