• Le réseau des 100 experts du DD

    Le réseau des 100 experts du DD
    Alexis Gallice, ex footballeur issu d’une grande famille de sportifs de haut niveau, est un des créateurs de l’Agence bordelaise CIALFI spécialisée dans le sport et le DD  accompagnant les acteurs du sport afin d’intégrer dans leur ADN et comme objectif, le Développement Durable. Il œuvre également sur la Californie du Sud avec un institut de formation en football. En France il est l’un des experts référents  de la première Chaire du Développement Durable du Sport initiée par AMOS avec son campus de Bordeaux  en partenariat avec les Universités de Bordeaux et Bordeaux-Montaigne. Spécialiste  international reconnu par le CIO et l’ONU il nous rappelle que les JOP de Paris 2024 qualifiés de « Jeux propres et responsables » apparaissent comme un catalyseur et un  accélérateur  du DD avec une ambition affichée de -55%  d’empreinte carbone par rapport aux éditions de  Londres et Rio, 100% d’EnRR (Énergies Renou- velables et de Récupération), aménagement de zone de  baignade dans la Seine, etc.

     

    Le réseau des 100 experts du DD est né comment ?

     

    Le réseau des 100 experts du Développement Durable du Sport a été créé par le Ministère des Sports pour la détermination de la Stratégie Nationale de Développement Durable du Sport : cette SNDDS a été prolongée par la Stratégie Nationale de Transition Ecologique vers un Développement Durable du Sport 2015-2020. C’est dans le cadre de cette dynamique et des travaux associés que j’ai été identifié et retenu. Il faut rappeler que le CIO s’était emparé de la notion de Développement Durable dès les JO de Barcelone en 1992. L’Agenda 21 du Sport avait  été officialisé en 1999 et sa version française, sous l’égide du CNOSF a été déclinée en 2003. Au départ ce sont JO d’hiver de Lillehammer en 1994, définis comme les « White green games » avec « 5 green goals » poursuivis au travers de 20 projets qualifiés de durable ou visant la durabilité, qui ont marqué l’engagement du CIO et des villes hôtes. En 2009 j’ai créé CIALFI cabinet d’études et de conseils mais dès 2001 j’avais développé des actions dans le cadre de l’association « Béarn Initiatives Environnement » (BIE). Ces premiers travaux et outils relativement innovants avaient attiré l’attention du Programme des Nations-unies pour l’Environnement (PNUE) et c’est ainsi que de 2004 à 2014 j’ai été invité à participer et intervenir aux rassemblements et réflexions collectifs du Global Forum for Sports and the Environment (G-ForSE) puis de la World Conference on Sport and the Environement, sous la double égide du CIO et du PNUE. Bien au-delà d’un simple habillage cosmétique, l’analyse portait sur la survie, la pérennité, l’offre d’opportunité et l'innovation pour les différentes structures : entreprises, collectivités, institutions, associations. Le constat est, malheureusement, plus que jamais le même en 2020…l’urgence en plus.

    J’ai participé aussi au groupe de travail crée en 2011 par le Ministère des Sports, en collaboration avec l’Agence Française de Normalisation (AFNor), pour l’adaptation du processus de normalisation ISO 26000 aux organisations sportives. Les travaux menés ont permis de faire avancer et de diffuser la cause, les liens tissés entre acteurs ont perduré et surtout beaucoup d’autres personnes et organisations se sont engagées depuis…ce qui était le but recherché, le Développement Durable exigeant une large mobilisation et responsabilisation de tous.

     

    2)   Sur le sport et le DD quelles avancées concrètes à ce jour ?

    Un exemple concret est celui du Forest Green Rovers Football Club, club de League 2 anglaise (4ème division nationale), qui a été désigné en 2018 par la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) comme le club le plus écologique de la planète, qui a reçu en 2017 le label Vegan (Vegan Trademark standards - The Vegan Society) et qui a connu une couverture médiatique importante et internationale en 2017 notamment : l’Équipe, FIFA media, etc. En France le Développement Durable du Sport s’est accéléré depuis une dizaine d’années. Ont été mis en place des programmes structurés par les fédérations, avec en première ligne souvent celles en lien avec les sports de nature mais aussi plus récemment ceux déployés par les ligues professionnelles des sports collectifs. Il est encourageant d’observer ici que 3 des dimensions composant le Développement Durable sont abordées. Et cela s’est traduit notamment par :

    -La systématisation de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) et, il y a peu, le (re)lancement de la Responsabilité Sociétale de l’Organisation (RSO), sous l’impulsion du CNOSF dans la dynamique Paris 2024. Les clubs professionnels et les associations sportives participent à accélérer, élargir et approfondir le mouvement.

    -Les certifications ISO 20121 pour les événements, celles, sans cesse améliorées, pour les bâtiments et autres équipements

    -la Charte des 15 engagements éco-responsables des organisateurs d’événements et des gestionnaires d’équipements, etc.

    Paris 2024 a une grande responsabilité à assumer tout comme le très prochain programme du CIO 2021-2024 (à la suite de l’Agenda 2020 et de la Nouvelle Norme). La dimension gouvernance du Développement Durable est essentielle pour nourrir les dialogues, la  concertation, de co-élaboration, voire de co-gestion et de délégation, vis-à-vis des parties prenantes. A l’heure où des activités sportives et des secteurs économiques du sport sont menacés par les bouleversements environnementaux du changement climatique, sans parler de la crise liée à l’épidémie du coronavirus actuellement, ces évolutions s’imposent de fait.

    3) Quel est le positionnement de CIALFI  à ce jour?

    L’agence CIALFI œuvre depuis plus de 10 ans et propose la systématisation d’une durabilité forte des organisations, pratiques et équipements sportifs, ainsi que l’utilisation des outils du sport pour permettre aux structures, et notamment aus entreprises, d’atteindre une performance dite responsable. Ainsi les testings neurotypologiques permettent de déterminer, provisoirement, des profils qui peuvent ensuite, dans le cadre d’un suivi individuel ou de groupe, être accompagnés sur la gestion du stress, comme sur la dimension physiologique à vocation prophylaxique (gestion des troubles musculo-squelettiques), diététique ou  mentale, etc. Généralement, nous doublons les testings de bilans kiné-ostéo afin d’avoir des résultats tendant vers les 100% de correspondance sachant qu’il reste toujours heureusement une part non maitrisable en rapport avec et l'évolution des personnes. Le développement personnel étant au cœur du sport et du DD.

     

     

      

    Plus d'actus :