• Alexis DAVET Business Development Director : On the Green again

    Alexis DAVET Business Development Director : On the Green again
    Le golf premier sport au monde en nombre de pratiquants est aussi une discipline « lunaire » depuis qu’elle a été pratiquée par le cosmonaute Alan  Shepard ( vol Apollo 12) le 6 février 1971.  En effet après avoir raté sa première balle Shepard soigna son swing sur la seconde et « grâce à la faible gravité, la balle est partie sans bruit à des kilomètres et des kilomètres, semblant ne jamais vouloir alunir ….» a rapporté son auteur. Outre ce titre extraterrestre improbable d’une Odyssée dans l’espace, la vitalité exceptionnelle de cette discipline repose sur une économie dynamique avec 36.000 sites dans le monde dont la moitié est implantée en Amérique du Nord. En France « Open Golf Club » première chaine de Golf Touristique d’Europe est une véritable success story initiée et pilotée par la famille Boissonnas qui symbolise le mariage réussi entre le sport et le business dans 7 pays. Trois parcours du groupe sont parmi le top 50 en Europe Continentale : Le Touquet, Hardelot et Seignosse. Historiquement, le groupe s’est positionné sur des destinations où le golf est l’un des éléments de leur attractivité touristique. Alexis Davet 43 ans, Business Development Director au sein Open Golf Club pratique ce sport depuis l’âge de 14 ans. Il en a gardé un penchant pour les grands espaces, avec faune et flore pour témoins, si propice à canaliser un fort tempérament : c’est lui-même qui l’affirme. Aujourd’hui il est investi au cœur d’un vaste réseau en constant devenir, ce qui lui fait sillonner la planète avec sa petite balle en poche à la recherche d’un nouveau spot : on the green again !

    La grande famille du Golf


    C’est encore le golf qu’Alexis DAVET choisit comme sujet de Mémoire en finance pour son Master en sus de son diplôme de droit. Au-delà du jeu et de ses subtilités Alexis Davet aime l’ambiance proche de l’athlétisme ou du rugby. Il souligne à juste titre que le golf a le mérite « d’instiller de la pondération dans la compétition, ce qui est rare dans le sport ». Dès ses début il va avoir le bon grip dans le business quand il se lance dans la vie professionnelle comme consultant à Ernst and Young. Chargé d’une mission de restructuration il active ses compétences en finances, stratégie et droit de 2000 à 2004. Il enchaine les expériences pour parfaire son expertise et ses connaissances en « restructuring » : ce qu’il assume à la FFG où il supervise et contrôle les activités de la fédération comme de leur SCI, des Ligues avec audit des subventions publiques et produits collectés. Mais le jeune Alexis a en tête de pouvoir piloter lui-même un site : ce qu’il va tenter et presque réussir à Marcq en Baroeul où la DSP d’un site municipal a finalement été confiée à plus expérimenté. Il découvre qu’il y a un « univers » du golf dans lequel il doit pénétrer pour en maîtriser les arcanes. L’échec est donc formateur comme il le rappellera à la Master Class d’AMOS Nice où les étudiants ont été sous son charme. Se donnant 8 à 10 ans pour atteindre son Graal, ce dernier va se présenter sous la forme d’un appel d’offre trouvé sur le réseau des anciens de l’EDHEC. Il a 28 ans quand il postule avec ses compétences  financières et sa connaissance des clients dans le Golf. Désigné lauréat il reprend la gestion d’un golf avec un opérateur très discret mais le plus performant en France, à savoir Open Golf Club de la famille Boissonnas précisément. Celle-ci s’était déjà signalée dans le ski dès les années 60 avec la création d’une station de montagne  avant gardiste, Flaine en Haute Savoie en ajoutant le tennis ( «  Les Hauts de Nîmes »).

     

    « Le gars qui ne dit pas non » !


    De 200 structures à travers l’hexagone dans les années 80 le nombre de golf passe à 700 dans les années 2000 : sur la même période la Chaîne Open Golf Club se développera pour atteindre 51 structures à travers l’Europe, ce qui est tout sauf banal ! En avril 2004  « le gars qui ne dit pas non » doit son surnom parce qu’il passe de l’opérationnel à la stratégie et  qu’il se lance sans hésiter dans une aventure type laboratoire  avec l’arrivée du digital. On se rapproche du  modèle américain.  Cela lui vaut de piloter deux beaux bateaux de la flotte d’Open Golf Club à proximité de Sophia Antipolis c’est-à-dire à moins d’un ¼ d’heure de 35 000 actifs, avec une population qui est un véritable « melting pot » :  on y retrouve, scandinaves, italiens, suisses, et professionnels issus du Commonwealth grâce aussi à la présence des bateaux etc….. Le succès de la Ryder Cup tenue en France en atteste sans que pour autant les chaines TV hors Canal+ en aient mesuré l’impact dans la société ! Quelques heures du service public indiquent en creux la distance qui persiste entre certaines institutions et le taux de pénétration de ce sport en profondeur, même si « l’on n’a pas assez de recul à ce jour sur toutes les retombées de l’évènement » précise Alexis Davet. Le décalage constaté dans d’autres disciplines entre pratiquants désormais majoritaires vs licenciés concerne aussi le golf (420.000). L’attrait des destinations du point de vue touristique comme gastronomique ou culturel déborde de la seule sphère de la compétition et génère non seulement de nouveaux business mais aussi des occasions de sociabilité tout en contribuant à la  santé et au bien être par une pratique de plus en plus partagée. La valeur de la marque « Open Golf Club » tient à la fois à son histoire et à une famille d’entrepreneurs qui a su développer une vision globale et souvent anticipatrice qui n’a rien de « lunaire ». C’est pour cela que la rencontre avec une clientèle conquise par ces produits et services a fait de Open Golf Club une référence dans le golf et l’économie du sport business. Et demain ? On the road again ! avec Alexis Davet qui ne dira pas non.

     
    Alain Arvin- Bérod, Directeur Académique AMOS Group

     


    Plus d'actus :