• #CestMonStage : Alice assistante sécurité Geoffroy Guichard

    Alice Guinamand en première année de Bachelor à AMOS Lyon a eu l’opportunité de réaliser son second stage (durée 2 mois) au Stade Geoffroy Guichard de Saint Etienne. Expérience enrichissante qui concernait un enjeu important de l’EURO 2016 : la sécurité des enceintes sportives.

     


    Alice (Bachelor 1) Stagiaire assistante sécurité : assurer la sécurité de l’EURO 2016 dans les enceintes sportives.


    Alice Guinamand en première année de Bachelor à AMOS Lyon a eu l’opportunité de réaliser son second stage (durée 2 mois)  au Stade Geoffroy Guichard de Saint Etienne. Expérience enrichissante qui concernait un enjeu important de l’EURO 2016 : la sécurité des enceintes sportives.


    La question de la sécurité était au cœur des préparatifs de cet EURO 2016, peux-tu nous préciser le cadre de tes missions au stade Geoffroy Guichard ?


    Au côté de mon maître de stage Gérard Pastor (Venue Security Manager), j’ai découvert les différents aspects de la sécurité sur un tel événement mais aussi les multiples facettes de l’organisation du tournoi.


    Ces deux mois, furent très denses entre l’organisation puis la phase de compétition.


    Pendant la période de préparation, j’ai aidé le responsable de la sécurité sur de nombreuses missions : préparation des plannings et des missions de tous les intervenants « sécurité », organisations de formations pour les 185 volontaires « assistances aux spectateurs »  ainsi que les 6 entreprises de sécurité privées, préparation de la logistique (radios, chasubles, accréditations, sur-accréditations, matériels de sécurité, etc.), montage des entrées pour le public, création d’un classeur regroupant toutes les consignes.


    Dans le même temps, nous avions des réunions et rendez-vous avec différents acteurs de l’événement : STAFF de l’EURO 2016, service de police, réunion et visites de sécurité des pompiers, le GIGN, la préfecture et la Métropole de Saint Etienne.


    Les semaines en amont de l’événement ont donc été chargées : concrètement c’était déjà du sport car il fallait évidemment être prêt pour le  jour « J »!


    Puis le 10 juin est arrivé : nous avons suivi de très près les expériences des autres stades afin d’être réactifs et de procéder à d’éventuels ajustement.


     


    Vous êtes rentrés dans la compétition le 14 juin…on imagine aisément que  l’intensité de ce stage est allée « crescendo » ?


    Les veilles de match (« MD-1 »  ou Match Day minus 1) et les jours de match étaient les plus intenses : de nombreuses réunions avaient lieu sur l’organisation et la sécurité. En parallèle, les équipes devaient s’entraîner et répéter inlassablement les procédures. Nous devions veiller à leur bon déroulement, et dans le même temps mettre en place le dispositif de sécurité.


    Toute la logistique devait être prête pour toutes les entreprises privées ; il fallait procéder à l’actualisation des « activity plans » (déroulé de la journée) et distribuer les sur-accréditations. Enfin, il fallait donner les dernières consignes et réaliser les briefings aux volontaires et aux superviseurs.


    Nous devions régulièrement réorganiser les effectifs en dernière minute car nous avons eu à déplorer l’absence de certains agents de sécurité.


    Les jours de match : j’étais « agent volant ». Je m’occupais des différents acteurs comme le GIGN, les ambulances pour les joueurs, les services de déminage et  les services de lutte anti-drone. La menace terroriste, on l’aura compris était présente en permanence !


    Je parcourais tout le stade afin de faire remonter les problèmes au VSM (Venue Security Manager), et je restais en contact avec les différentes entreprises de sécurité privées pour apporter mon aide dans la résolution de difficultés ou  pour leur transmettre les consignes.


    Quand je quittais le terrain, je rejoignais mon maître de stage dans le Poste de Commandement Opérationnel où étaient regroupés tous les responsables de l’Etat et de l’Euro.


    Oui effectivement, l’intensité est allée « crescendo » car il y avait bien entendu les missions, mais surtout les « imprévus ». Mais malgré la fatigue, je suis restée très motivée et je me suis beaucoup investie dans ce stage.


    Si l’expérience a été mouvementée, intense, elle a surtout été enrichissante et merveilleuse. J’ai fait des rencontres professionnelles et amicales qui me permettent de ressortir grandie de cette aventure, tout en ayant vécu de incroyable événement de l’intérieur. Je garderai de magnifiques souvenirs de ce tournoi, et les compétences acquises m’aideront tout au long de mon parcours.


    Quelles qualités faut-il selon toi pour ce type de poste ?


    Endurance et réactivité !


     



    Plus d'actus :