• « Cool, Smart, Fit » : le fitness fait sa révolution au quotidien !

    « Cool, Smart, Fit » : le fitness fait sa révolution au quotidien !
    Diplômé du Master of Business in Sport d’AMOS Paris en 2014, Jonathan DUBOIS a rejoint l’année suivante Neoness, le réseau de salles de sports qui a révolutionné le paysage du fitness français il y a dix ans. En effet, en alliant qualité de services et prix abordables, Neoness a su répondre aux besoins d’une société qui a vu son pouvoir d’achat stagner - voire baisser - sans pour autant que ses exigences ne suivent la même tendance. Dans un contexte où changer d’entreprise comme de chemise est devenue monnaie courante, Jonathan a pour l’instant fait le choix de la construction d’une carrière au gré des multiples évolutions proposées par le groupe. Aujourd’hui Manager du club Neoness de Place d’Italie, le dernier-né des centres parisiens, il nous présente son parcours ainsi que les particularités de ce secteur d’activité.

    De Fontenay-sous-Bois à Place d’Italie

    « Vendeur-conseil au sein de Neoness ? Ce n’est pas vraiment le premier emploi auquel je m’attendais avec un Master en poche… Et pourtant. J’ai rapidement compris que les possibilités d’évolution au sein de Neoness étaient importantes et c’est ce qui m’a poussé à candidater. C’est avec Jérémy Renard, également ancien étudiant d’AMOS, que j’ai réalisé un premier entretien téléphonique qui s’est révélé concluant. Puis, j’ai rencontré le Manager du club de Fontenay-sous-Bois et c’est ainsi que j’ai débuté mon aventure.

    Le club de Fontenay-sous-Bois est un club historique : il s’agit du tout premier club ayant ouvert ses portes en 2008. Rapidement, j’ai pris mes marques et ai souhaité me challenger. J’ai donc participé à l’ouverture du Neoness de Saint-Lazare, en plein cœur de Paris. Ce fut une expérience vraiment enrichissante : le fait qu’il s’agisse d’un tout nouveau club m’a permis de redécouvrir le métier, d’être au contact d’une clientèle différente et d’un nouveau type de management. Au bout d’une année rythmée, j’ai évolué vers le poste d’Assistant d’Exploitation. J’étais désormais rattaché au siège social avec des missions allant du recrutement (de coachs, de staff) au soutien de différents services tels que les ressources humaines, la comptabilité, la relation client. Après six mois, je suis devenu Manager du Neoness de Beaugrenelle. Il s’agit de l’un des clubs les plus importants en termes de fréquentation. Ayant atteint la plupart de mes objectifs de vente et de satisfaction au bout d’un an, j’ai souhaité relever un nouveau défi : revivre l’ouverture d’un site mais, cette fois, en tant que Manager. C’est donc depuis son ouverture, en mars 2018, que je suis Manager du club de Place d’Italie. »



    Un club avec des clientèles multiples 

    « J’ai donc évolué au sein de 4 clubs distincts, auprès de clientèles différentes mais aussi similaires sur de nombreux points. Contrairement aux idées reçues, la clientèle est plutôt mixte, et ce, quelle que soit la ville ! Les femmes sont consommatrices des cours collectifs alors que les hommes préfèrent les machines et la recherche de performance. La tendance en termes d’affluence est également la même : d’une manière générale, nous recevons plus de monde la semaine et en fin de journée. Par contre, l’affluence est plus élevée dans le 15ème arrondissement de Paris avec une clientèle plus élitiste qu’ailleurs. A Fontenay-sous-Bois par exemple, la clientèle était plus populaire. Quant à Place d’Italie, c’est un véritable melting-pot de ces différents publics. Chaque club s’adapte aux besoins de sa clientèle. »

    Le management : de l’accompagnement vers des objectifs communs et individuels

    « En tant que Manager, mes journées ne se ressemblent pas ! Je suis en charge de la comptabilité et des infrastructures. D’un point de vue plus commercial, je déploie les offres en cours auprès des adhérents ainsi qu’auprès de mon équipe pour accroître les retombées. Je gère également les plannings de mon équipe ainsi que ceux des coachs, tout comme leurs contrats et le suivi de leurs objectifs. Chaque personne du groupe se voit fixer trois types d’objectifs. Tout d’abord, nous avons des objectifs communs à l’ensemble du groupe. Puis, il existe des objectifs communs à chaque service qui est, pour notre part, le service « exploitation ». Ils se basent sur la satisfaction des clients, le nombre de ventes, le nombre de clients actifs… Enfin, le dernier objectif est individuel et dépend du niveau de compétences du collaborateur, de ce qui est attendu de lui et de ses aspirations. Mon équipe se compose de 12 personnes qui représentent 4 métiers différents : les vendeurs-conseil, le staff accueil, les apprentis et les coachs. Je les accompagne pour les faire monter en compétences et leur permettre d’évoluer vers des postes à responsabilités, comme j’ai pu le faire. Pour cela, j’ai été formé et c’est le cas pour tous les Managers du groupe. Excepté l’un d’entre nous, tous les Managers sont passés par le poste de vendeur-conseil avant d’évoluer. »

    La philosophie Neoness

    « Depuis 2008, Neoness s’engage à démocratiser le fitness autour de ses valeurs : Cool, Smart, Fit.

    • Cool : Neoness prône la décontraction et la simplicité. Cela passe par une ambiance lumineuse et colorée, par l’absence de miroir et de grosses haltères impressionnantes… Chaque détail compte !

    • Smart : Neoness propose un service de qualité à un tarif dérisoire.

    • Fit : séance découverte, coaching, programme d'entraînement, cours collectifs et coach plateau… Neoness met tout en œuvre pour que chacun puisse atteindre ses objectifs.


    Avec aujourd’hui 31 clubs en France (Paris, l’Île-de-France et quelques grandes villes), Neoness est la première enseigne en succursale de l’Hexagone avec modèle propriétaire. Cela signifie que nous ne fonctionnons pas avec un système de franchise, l’ensemble des clubs appartiennent aux fondatrices Marie-Anne Tessier et Céline Wisselink. Le résultat ? Il y a un réel gage de qualité et une image homogène d’un club à un autre. Les offres chez Neoness sont simples. Nous proposons deux abonnements : l’offre « heures pleines » et l’offre « heures creuses ». S’ajoutent à celles-ci des options qui répondent à notre mot d’ordre : vous ne payez que ce que vous consommez ! Pour cela, nous proposons cinq options : le casier attribué, la douche, la serviette, les cours collectifs, U’Pulse et l’option LIVE. U’Pulse est une application qui propose un programme d’entraînement individualisé en fonction du profil de l’utilisateur et ses objectifs. Quant à l’option LIVE - Loyers Immobiliers Vraiment Élevés – elle permet à un adhérent de se rendre dans l’ensemble des salles du réseau. C’est une option qui est automatiquement intégrée aux abonnements parisiens puisque les tarifs dans le 15ème arrondissement de Paris sont plus chers qu’à Fontenay-sous-Bois, par exemple. L’option la plus demandée, tous clubs confondus, est celle des cours collectifs. Vous retrouverez ces options dans l’ensemble des clubs et cela correspond à notre politique : fournir les mêmes services d’un club à un autre.

    La communication est également semblable pour tous les clubs : elle est gérée par le siège. Nous disposons d’un compte Facebook national qui relaye les informations du groupe, ainsi qu’un compte Facebook par club qui nous sert exclusivement de plateforme de recrutement de coachs.

    Toutefois, depuis deux ans, les clubs disposent d’un budget communication pour l’organisation d’événements qui ne dépendent pas du siège comme des jeux concours ou des petits-déjeuners avec les adhérents. Toutes les personnes de l’équipe sont impliquées. Je les encourage à aller à la rencontre des adhérents et à les appeler pour les tenir au courant de notre actualité. Pâques, arrivée de l’été, anniversaire du club, rentrée, Halloween, journées portes ouvertes : toutes nos animations sont bouclées pour le reste de l’année ! »

    Transformations du marché : forte concurrence et nouvelles pratiques

    « Le marché du fitness a connu un grand bouleversement il y a quelques années avec l’arrivée d’enseignes comme Neoness. Les codes du marché tout comme les comportements des adhérents ont évolué : ils veulent un service de plus en plus qualitatif en payant le moins cher possible. Il y a 4 ans, nous communiquions sur une image low-cost et à l’époque, la clientèle était moins regardante qu’elle ne l’est actuellement. Aujourd’hui, avec la multiplication des enseignes low-cost, leurs attentes dépassent même ce qu’il est possible de proposer. Régulièrement, des clients nous demandent si nous avons des piscines, saunas ou encore jacuzzi à disposition. Pour 17€ par mois ? Ce n’est pas possible !

    Aujourd’hui, les personnes comparent les offres avant de s’inscrire dans une salle de sport. Pour nous différencier de la concurrence, l’innovation reste fondamentale. Nous étions par exemple la première enseigne à proposer le sans engagement. Pour continuer à nous renouveler, nous lançons des opérations comme le Training + : un abonnement avec engagement d’un an donnant accès à l’ensemble des salles du territoire sur l’ensemble des créneaux d’ouverture. La particularité de cette offre est que l’adhérent est remboursé d’un euro à chacun de ses passages à la salle. L’innovation passe également, bien entendu, par nos machines et par la formation des collaborateurs. Enfin, nous avons choisi de nous détacher de l’image du low-cost qui est mal vu aujourd’hui. Le pas cher est associé à de la mauvaise qualité, même lorsque ce n’est pas le cas !

    Cependant, la concurrence ne vient pas uniquement des autres salles de sport. Elle vient aussi de l’émergence de nouvelles pratiques, comme le fait que de plus en plus de personnes préfèrent courir dehors ! La course est devenue une véritable méthode d’entraînement de substitution. Courir en plein hiver au chaud, sur un tapis de course, pourquoi pas ? Mais une fois l’été arrivé, les personnes préfèrent courir en extérieur. La saisonnalité est très forte chez nous : beaucoup de personnes s’inscrivent d’octobre à mai puis ne viennent plus, une fois l’arrivée des beaux jours. Là encore, nous nous sommes adaptés en proposant deux offres : le report d’abonnement lors des vacances et « l’été offert ». L’année dernière, pour toute inscription en été, vous ne commenciez à payer votre abonnement qu’au mois de septembre.



    Enfin, nous privilégions le rapport humain, même à l’heure de la digitalisation. Il y aura toujours une personne de l’équipe en salle, de 7h à 22h. Il n’y aura pas de cours collectif virtuel non plus. Nous encourageons les adhérents à prendre rendez-vous avec les coachs. Le digital doit servir la relation client, pas s’y substituer ! Nous avons donc choisi de prendre le contre-pied de cette tendance. Nous partons du constat que si les personnes continuent à se rendre dans les salles de sport, c’est qu’elles recherchent autre chose que cette digitalisation. Dans le cas contraire, vous pouvez aller sur YouTube pour visionner des séances d’entraînement. Mais l’expertise des coachs et la présence d’autres membres n’a pas de prix lorsque l’on souhaite des résultats et de la motivation ! Dans notre secteur d’activité, nous sommes convaincus que l’humain reste notre valeur ajoutée car il est essentiel pour continuer à se développer. »
    Propos recueillis par Christina Carabin, chargée de communication, AMOS Paris

    Plus d'actus :