• Dans les coulisses du Standard de Liège

    Dans les coulisses du Standard de Liège
    De Data Analyst à Head of Ticketing d’un des plus gros clubs de football européen, notre alumni lillois Romain Guilliams revient sur son parcours, ses missions et ses envies. Rencontre.

    Depuis 2015, tu travailles au sein du Standard de Liège. Peux-tu nous évoquer ton parcours ?

    ​Effectivement, je suis arrivé le 1er septembre 2015 au Standard de Liège. À l'occasion de ma 5ème année du Programme Grande École à AMOS Lille, j'ai effectué mon alternance au sein service commercial du club. Le 1er septembre 2016, j'étais engagé en tant que Data Analyst pour le Standard de Liège. Mon travail était surtout porté sur la collecte et l'analyse des données ainsi que sur la performance statistique des matchs du club. C’est un métier alliant des compétences à la fois en informatique et en marketing. Durant cette année, je me suis notamment penché sur l'optimisation de l'utilisation des données liées à la billetterie et j'ai été amené à y changer l'outil de vente. Après avoir mené cette mission, j’ai eu l’opportunité de prendre la tête du pôle billetterie en tant que Head of Ticketing.

     

    Quelles sont tes missions aujourd’hui ?

    Aujourd'hui, mes missions principales sont l'optimisation du remplissage du stade, de l'utilisation des données ainsi que la pérennisation des contacts avec les supporters et les groupes de supporters. Une autre part de mon travail réside dans la gestion d'équipe, de planning et dans la formation à l'utilisation des outils mis à disposition. En effet, je gère une équipe qui oscille entre 3 et 20 personnes suivant les périodes, parfois sur plusieurs implantations. Ces personnes ont des bagages techniques très différents mais les ventes et l'accueil doivent tourner sans accroc.

     

    Le Standard vient d’obtenir son ticket pour la Ligue des Champions l’année prochaine. Que cela signifie pour le « Head of ticketing » du club ?

    Cela signifie beaucoup de paramétrage, d'adaptation et de contact avec l'UEFA ainsi qu’avec les clubs adverses. En effet, j'accompagnerai l'équipe lors des déplacements afin de m'assurer que tout se passe au mieux pour nos supporters lors de leur entrée au stade. Il faut aussi respecter les desiderata des instances dirigeantes du football européen car ils sont souvent très exigeants et ne tolèrent aucune erreur quant à l'allocation des places du stade.

    Les primes financières liées à l'accession à ce genre de compétition ne sont pas négligeables non plus et, indirectement, cela va impacter mon service avec une augmentation de mon budget et plus de latitude dans mes prises de décisions quant à l'évolution du service.

     

    Et dans 10 ans, où te vois-tu ?

    Honnêtement, ce serait mentir que de dire que j'ai un plan de carrière très précis en tête. Je compte saisir toutes les opportunités qui s'offrent à moi ! J'aimerai en tout cas continuer à évoluer au sein du Standard de Liège et rendre à ce club la place qu'il mérite sur la scène belge et européenne.

     

    Enfin, quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux AMOSciens ?

    J'ai un conseil très simple : Ne pas avoir peur de dire oui ! C'est en prenant des risques que l'on peut évoluer et découvrir de nouvelles choses. De plus, relever de nouveau challenge relève d’un côté excitant et stressant, exactement comme le monde du sport qui nous passionne tous dans cette école.

     

    Plus d'actus :