• Interview: Benjamin Ludger (Bachelor 3), Assistant Communication & Marketing – Fédération Tahitienne de Football (FTF)

    Interview: Benjamin Ludger (Bachelor 3), Assistant Communication & Marketing – Fédération Tahitienne de Football (FTF)
    Notre AMOScien lillois nous fait partager son expérience professionnelle et sa vie tahitienne !

    Bonjour Benjamin, comment en es-tu venu à faire ton stage à Tahiti ?
    Ia Orana, Bonjour à tous ! Ayant vécu 8 ans en Polynésie-Française et possédant encore de la famille à Rurutu et Tahiti, je suis très attaché à ce territoire, et mon objectif était de mieux connaître le fonctionnement, l’organisation, et les difficultés du sport polynésien ainsi que de pouvoir consolider au maximum mes contacts sur place afin d’avoir la possibilité,  peut être, plus tard, de retourner vivre et aider au développement du sport en Polynésie. Pour effectuer ce stage, j’ai directement contacté la FTF par mail, courrier, et j’ai fait appel à mon entourage qui se trouvait sur place.



    Parles-nous un peu de la FTF ?

    J’ai privilégié la FTF car mon sport favori est le football : j’ai commencé à aimer ce sport dans les îles malgré la pratique quotidienne des sports aquatiques (surf, wakeboard, pirogue, skim…). À l’avenir, travailler et faire grandir la FTF reste ma priorité, c’est pourquoi, pouvoir effectuer ce stage est une chance mais également une fierté personnelle.

    C’est ce qui a, je pense, convaincu Reynald Temarii, ancien président de la Confédération Océanienne de Football (OFC), Vice-Président de la FIFA et actuel Directeur Général de la FTF à m’engager.

    Les différents stages que j’ai effectués, ainsi que le fait de faire partie d’une École de commerce spécialisée dans le sport business, lui ont également donné envie de me prendre dans l’équipe.



    Quelles sont les principales missions qui te sont confiées ?

    Mes missions sont essentiellement axées sur 3 pôles :

    Communication : animation du site internet et des réseaux sociaux de la FTF

    Commercial/Marketing : Mise en place de la Centrale d’achat de la FTF

    Juridique : étude sur l’exploitation médiatique de compétitions sportives



    Comment s’est déroulée ton intégration ?

    Tout s’est idéalement déroulé : la mentalité tahitienne est excellente.

    Petite anecdote pour comprendre l’état d’esprit général : du Président au « simple salarié » il n’y a aucune frontière : tout le monde se tutoie ! Les heures de travail sont souvent dépassées en fin de semaine au vu des évènements (matchs de Ligue1 VINI, matchs de la sélection tahitienne (6ème mondial) de Beach Soccer, Top NIKE de futsal…) mais c’est une contrainte acceptée, surtout dans l’évènementiel.



    Quel est ton meilleur souvenir depuis ton arrivée ?

    Le plus bel événement auquel j’ai assisté est le match « Tiki Toa » - Angleterre de Beach Soccer qui s’est déroulé dans le jardin de Paofai à Papeete.

    J’avais pour principal objectif de faire la promotion de ce match amical via les réseaux sociaux, la presse, la radio… Mais également de gérer la réception des joueurs anglais et tahitiens lors des conférences qui se déroulent chez les partenaires et dans nos locaux.



    Qu’est-ce que cette expérience va t’apporter selon toi ?

    Au travers de ce stage, j’ai la chance de pouvoir travailler avec de nombreux professionnels dont Marama Vahirua (footballeur préféré des tahitiens - FC Nantes,OGC Nice, FC Lorient) qui est aujourd’hui consultant pour la première chaine locale « TNTV » Il continue également a jouer au foot pour l’AS Pirae (l’équipe tenante du titre et qui vise tous les ans à participer au mondial des clubs).

    Travailler dans de telles conditions est à mes yeux un rêve pour l’avenir, c’est pourquoi je souhaite faire grandir encore un peu plus le football tahitien. Tahiti a participé en 2013 à la Coupe des Confédérations organisée au Brésil. La sélection affrontera  l’Espagne, l’Uruguay et le Nigeria lors de la compétition (certaines grandes nations telles que l’Angleterre ou bien encore le Portugal n’ont jamais participé à la Coupe de Confédération).

    Malgré leurs faibles moyens, et seulement 250 000 habitants dans toute la Polynésie Française, les objectifs de la FTF sont enthousiastes et ambitieux.



    Parles-nous de ta vie quotidienne, de tes loisirs ?

    En dehors de mon stage, même si les horaires sont chargés, je profite tout de même du soleil, des sports aquatiques,  de la plongée, de ma famille et amis… Il fait en moyenne 27 degrés toute l’année ; même si les billets d’avions pour les Iles voisines sont très chers, on peut malgré tout se déplacer en bateau sur les îles proches pour un prix plus abordable : il faut par exemple débourser 20 euros pour se rendre en bateau sur l’ile sœur de Tahiti : Moorea.



    Un dernier mot ?

    Encore merci à AMOS de m’avoir fait confiance et de m’avoir permis de faire ce stage « chez moi » en Polynésie-Française. Ce stage jouera assurément un rôle très important pour mon futur projet professionnel.

     


    Merci à Benjamin pour son témoignage très intéressant !


    Plus d'actus :