• Portrait: Nancy Depoortere (Bachelor 2), pratiquante de Water-Polo et impliquée dans l’élevage familial de trotteurs français

    Portrait: Nancy Depoortere (Bachelor 2), pratiquante de Water-Polo et impliquée dans l’élevage familial de trotteurs français
    « J’aime la gestion d’entreprise, j’aime le sport et j’ai pour projet le développement du sport féminin. Je souhaite faire de ma passion un métier. »


    Notre AMOScienne lilloise partage sa passion pour le sport entre le Water-Polo et l’élevage familial de trotteurs français.



    « J’ai connu Amos au Salon de l’Etudiant de Lille, je cherchais une école de commerce afin de pouvoir mieux accompagner ma famille dans notre élevage de trotteurs. J’aime la gestion d’entreprise, j’aime le sport et j’ai pour projet le développement du sport féminin. Je souhaite faire de ma passion un métier. »



    Le Water-Polo pour toi, c’est une histoire de famille ?

    Oui, dans ma famille tout le monde est très investi dans la natation et en particulier le Water-Polo ! J’ai besoin de travailler en équipe, de pouvoir partager avec les autres. Au lycée je faisais partie de la section sportive, nous avions des entraînements tous les jours ainsi que du renforcement musculaire. En parallèle à cela, je me suis fortement engagée dans l’activité de mon club, le Lille Université Club Water Polo (LUC), en étant bénévole. J’ai également obtenu un diplôme d’officiel de table qui me permet de faire les feuilles de match, le chrono mais aussi juger les buts.



    Cette année tu as été à l’initiative d’un projet pour l’équipe féminine de water-polo du LUC ?


    En effet, il y a deux ans le club s’est professionnalisé. L’équipe 1 dans laquelle je m’entraînais est devenue une équipe Pro, et l’équipe 2 (la réserve avec laquelle j’ai été championne de France il y a deux ans) est restée en N2. Cette équipe de N2 a par la suite disparue… Cet été, j’ai décidé de présenter un projet pour recréer cette équipe 2 et ce projet est aujourd’hui devenu réalité. Nous avons certes dû négocier ferme et notre entraîneur est un bénévole. Cependant nous avons de bons résultats, nous jouons très prochainement les ½ finales de N2.



    Côté chevaux, tu es également très impliquée ?


    Ma famille s’est lancée en 2007 dans l’élevage de trotteurs français. C’était le rêve de mon père…

    Il a acheté une jument destinée au poulinage, aujourd’hui nous produisons 4 ou 5 poulains chaque année sans compter les clients qui nous apportent leurs juments pour suivre cette période de leur vie. Au haras nous gérons plusieurs étapes : l’étude des origines des chevaux afin de réaliser les croisements idéals pour les générations à venir, la phase de poulinage et le suivi c’est à dire les caméras infrarouges placées dans les boxes afin de suivre jour et nuit les juments, l’entretien des chevaux, le débourrage des poulains et le pré-entrainement avec les sulkys.



    Un cheval t’a marquée particulièrement ?

    En effet, c’est Apollon de la Lys. Un cheval né au Haras, confié à l’entrainement en Normandie à Stéphane Meunier. Il a déjà couru à Vincennes et a notamment terminé 3ème d’une course, puisqu’il s’agissait du premier mâle sur la ligne d’arrivée il a été reconnu « étalon reproducteur ». Aujourd’hui, nous espérons gérer au mieux sa carrière sportive et celle d’étalon reproducteur. Une véritable reconnaissance pour notre élevage.


     


    Merci Nancy !


    Plus d'actus :