• La Provence/AMOS, un partenariat « gagnant-gagnant »

    La Provence/AMOS, un partenariat « gagnant-gagnant »
    La Provence, acteur incontournable de la ville de Marseille et de sa région est un quotidien de plus en plus impliqué dans la vie sportive de la ville. En tant que relayeur d’informations bien sûr, mais également en tant qu’organisateur d’événements. S’appuyant sur le dynamisme à venir avec Marseille capitale européenne du sport (en 2017), La Provence Sport Organisation voit le jour en 2016, avec pour but d’assurer les opérations événementielles sportives du groupe. C’est dans ce contexte, entre un besoin de salariés formés aux spécificités du Sport Business pour l’un, et de l’expérience avec des perspectives d’embauches pour l’autre, que La Provence et AMOS Marseille s’associent aujourd’hui dans un partenariat « gagnant-gagnant ». Fabian Frydman, directeur général adjoint du groupe La Provence nous explique la teneur de cette collaboration

    Quelle est la couverture géographique de La Provence, et pour quel lectorat ?

    La couverture géographique va de La Ciotat à Arles, en remontant jusqu’à Dignes et Gap pour ce qui est du print. Si on parle de digital, cette couverture est nationale, voire internationale. En ce qui concerne le lectorat, tout dépend du support utilisé. Sur le journal, nous sommes sur un lectorat CSP + aux alentours de 45 ans, tandis que sur le site, nos lecteurs sont beaucoup plus jeunes.

    En quoi La Provence est-elle un acteur majeur dans le sport, et comment participe-t-elle à la diversité du sport à Marseille ?

    Dire que La Provence est un acteur majeur serait prétentieux, LP est plutôt un acteur incontournable dans le sud de la France sur la couverture des événements sportifs, et un acteur en développement sur l’organisation d’événements sportifs. Nous sommes partenaires de nombreux événements tels que Marseille-Cassis ou le Défi de Monte-Cristo pour un total de plus de 300 partenariats à l’année.

    Aussi, cela fait 4 ans que nous organisons des événements sportifs, avec une accélération des retombées dernièrement, notamment sur Le Tour de La Provence en février.

    Pour ce qui est de la diversité du sport à Marseille, en tant que média c’est un devoir pour nous de relayer tous les événements sportifs, et pas seulement les plus populaires. Par exemple nous avons récemment mis en avant le Water-Polo grâce aux bons résultats du Cercle Des Nageurs. En tant qu’organisateur sportif, nous avons décidé de nous orienter vers des sports populaires :  vélo (Tour de La Provence), la longue (Le Provençal), le running (10km de La Provence). Nous avons également racheté il y a peu la licence des Masters de Pétanque. Notre stratégie est de couvrir des sports que nous pensons en développement et à fort potentiel.

    Qu’est ce qui a poussé La Provence a organisé des événements sportifs ? 

    Aujourd’hui la presse en générale est en décroissance, et les médias doivent se réinventer, et se diversifier. Cela passe par une ouverture sur le digital bien sûr, mais nous nous sommes également rendu compte que l’événementiel sportif peut être un fort levier de croissance, d’une part grâce à la croissance constante du marché, d’autre part, par l’image qu’il véhicule.

    CommentLa Provence appréhende la venue des JOP 2024 à Marseille ?

    En tant qu’organisateur d’événements sportifs, nous nous renseignons sur l’organisation d’épreuves d’eau (kite surf, planche à voile…). Nous avons par ailleurs rencontré des responsables au gouvernement qui nous ont encouragé à nous rapprocher des événements existants pour les faire grandir à l’approche des JOP 2024.

    Aujourd’hui, La Provence Sports et AMOS Marseille associent leurs compétences pour développer le business du sport. Comment va prendre forme ce partenariat ?

    La chance que nous avons, est que nous sommes aux prémices du développement de notre pôle événementiel sportif avec seulement 4 salariés en interne. Le but aujourd’hui pour LP est de construire une entreprise d’évènementiel sportif à Marseille et dans le sud de la France. Comment ?  En associant l’école au projet pour faire évoluer notre structure et ainsi permettre aux étudiants d’AMOS de l’intégrer que ce soit en stage, ou sur de l’emploi après la diplomation.
    Propos recueillis par Pierre-Emilien Bellec, chargé de communication, AMOS Marseille

    Photo, de g. à dr. : Patrick Touati, Président AMOS Sport Business School; Sindie Aïssa, directrice AMOS Marseille, Fabian Frydman, directeur général adjoint du groupe La Provence

    Plus d'actus :