• Le rugby à 7 opte pour la Nouvelle-Aquitaine !

    Rencontre avec Chloé Mariné, diplômée du Master Business in Sport, qui évolue au sein de la Fédération Française de Sport Universitaire dont le but est d’organiser et promouvoir la compétition sportive pour les étudiants. Elle revient sur le championnat de France universitaire de rugby à 7 organisée en Gironde !


    Photo : Chloé Marine

    Les étudiants ont aussi leur fédération sportive !

    Etudier et faire du sport sous l’égide d’une fédération sportive étudiante, c’est possible ! La Fédération Française du Sport Universitaire (FFSU) a pour objet d’organiser et de promouvoir la compétition sportive pour les étudiants des établissements d’enseignement supérieur (Universités et Ecoles). Sous la tutelle des ministères de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et du ministère des Sports, elle est membre notamment du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF).

    Elle compte 118 000 licenciés (saison 2017-2018) et organise chaque saison 23 000 matches de sports collectifs, 1500 événements en sports individuels, 800 championnats d'académies et 120 championnats de France. A l’international, elle représente la France aux différentes Universiades et championnats du monde universitaire.

    C’est dans ce contexte que nous avons rencontré Chloé Mariné, ancienne étudiante d’AMOS Bordeaux, qui évolue aujourd’hui au sein de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine (LNASU). « J’interviens en tant qu’assistante administrative et sportive. Je poursuis le travail initié lorsque j’étais en master puisque j’avais effectué un service civique comme chargée de projet pour le championnat de France universitaire de rugby à 7, le Société Général SEVEN’s. Je suis en charge de la coordination et de l’organisation des événements gérés par la Ligue » explique Chloé, qui nous détaille les différents événements dont elle a la responsabilité : « Nous avons par exemple organisé en 2018 le championnat de France universitaire de hand élite et celui de basket 3X3.  Pour cette saison 2018-2019, nous organisons les championnats d’escrime de golf. Gérant des compétitions de sports différents, nous sommes amenés à travailler conjointement avec toutes les fédérations. Par conséquent, le nombre d’interlocuteurs est très large : équipementiers, collectivités, fournisseurs, etc. C’est un poste où l’on se crée un réseau professionnel ! »

    L’organisation du Société Général SEVEN’S

    Le championnat de rugby à 7 s’est déroulé en mai 2018 : « Il s’agit du plus gros événement national de la FFSU. Nous avons organisé en 2018 la 5ème édition à La Teste-de-Buch (33). Ce tournoi réunit les 36 meilleures équipes universitaires françaises de rugby à 7 sélectionnées à l’issue des différentes phases de qualification régionales. Cette épreuve rassemble plus de 400 joueurs regroupés en équipes masculines et féminines »

    « J’ai eu la chance de piloter cette manifestation sportive de grande ampleur. Mes missions ont été diverses sur le pilotage en amont : de la gestion logistique, au suivi budgétaire, en passant par l’organisation des ressources humaines. Il y a évidemment une partie opérationnelle avec la gestion des imprévus. Le rythme d’un événement et ses différents aléas donnent une dimension excitante à ce métier ». La particularité de l’organisation réside dans le fait qu’elle repose « sur une collaboration tripartite. Nous avons travaillé étroitement avec la Fédération Française de Rugby (FFR) et le partenaire titre, la Société Générale, puisqu’elles sont à l’origine de l’événement. La Société Générale est partenaire historique de la FFR et du rugby à 7 depuis 2001. Elle soutient également de nombreuses compétitions à tous les niveaux en France avec pour objectif de développer la pratique de ce sport chez les jeunes. De ce fait, la Société Générale alloue un budget à la FFR, qui a son tour finance l’événement piloté par la FFSU. Il y a donc un suivi budgétaire régulier entre nos deux fédérations. Concrètement, nous travaillons avec la Société Générale pour toutes les questions liées à l’événementiel, les partenariats et les animations ; et avec la FFR pour tous les aspects liés à l’administratif et les finances ».

    Une collaboration qui s’illustre opérationnellement par « un plan d’activation marketing [qui] a été mis en place afin de dynamiser la filière du rugby à 7 :

    • L’application SGSevens, développée par la Société Générale, permettant à chacun, de suivre l’événement : composition des équipes, programmation, résultats en direct, classements, lien vers les réseaux sociaux. L’application propose aussi un « social wall » 100% rugby à 7 !

    • Un village et de nombreux stands et animations pour les participants et le public.

    • Plusieurs tables rondes, animées par Frédéric Pomarel, ancien entraîneur de l’équipe de France de rugby à 7, autour de la pratique et du développement de la filière. » Une occasion pour la Société Générale de renforcer son image autour des valeurs du rugby tandis que la fédération y voit un facteur de développement de la pratique.


    Des événements intégrés au territoire

    « Organiser un événement de rugby à 7 en Nouvelle-Aquitaine prend tout son sens ! Les événements sont organisés en fonction des particularités, des infrastructures et des pratiques territoriales :  la Nouvelle-Aquitaine étant une terre historiquement portée sur le rugby (l’UBB, le Stade Rochelais, l’Aviron Bayonnais et Brive-la-Gaillarde sont en Top 14), il était pertinent d’accueillir le championnat. De plus, la région, et plus particulièrement l’académie bordelaise, jouit d’une place prépondérante en termes de sport universitaire. Nous avons un taux de pénétration qui témoigne de l’engouement de la pratique sportive universitaire en Gironde puisque sur la saison 2017-2018, plus de 65 % des licenciés de la Nouvelle-Aquitaine proviennent de Bordeaux. »

    « L’idée est de pouvoir organiser à nouveau cet événement en région bordelaise, et ce très rapidement ! Il existe également des championnats d’Europe et championnats du monde de sport universitaire. L’ambition est de pouvoir organiser ces événements, qui mettraient en lumière notre savoir-faire en termes d’événementiel et apporterait d’avantage de visibilité à la pratique du rugby à 7, aussi bien masculine que féminine. La LNASU est une structure en constante évolution qui remplira les conditions pour accueillir de tels évènements ! ».
    Propos recueillis par Laurent Tire, chargé de communication, AMOS Bordeaux

    Plus d'actus :