• Les Métiers du Sport: Journaliste sportif, le regard de Vincent Duluc et Stéphane Guy

    Les Métiers du Sport: Journaliste sportif, le regard de Vincent Duluc et Stéphane Guy
    Stéphane Guy, journaliste et commentateur sportif officiant sur Canal + nous présente le métier de journaliste sportif. Vincent Duluc, journaliste sportif au sein de la rubrique football du journal l'Équipe, intervenant dans des émissions comme 100% Foot, On refait le match sur RTL et l’Equipe du soir et auteur de nombreux ouvrages sur le football nous confie son regard sur la différence de traitement médiatique entre la France et l’Angleterre. Auteur du livre « Le cinquième Beatles », Vincent Duluc évoque son goût pour le football anglais. Enfin, au-delà de son titre de journaliste sportif, il est l’auteur de l'ouvrage "la Grande histoire de L'OL ". Nous l’avons interrogé sur la problématique rencontrée par les journalistes pour conserver l'impartialité dans leurs articles. Rencontré lors du colloque sur le thème du commentaire d’un match de foot, à l’écrit comme à l’oral, qui prenait place au sein du Festival Sport, Littérature et Cinéma, Stéphane Guy et Vincent Duluc évoquent le plaisir à commenter un match et vous donnent quelques conseils sur le métier de journaliste sportif. Stéphane Guy : le commentaire nécessite un travail de préparation en amont du match. C’est un métier d’anticipation, il faut imaginer les différents scenarii possibles. C’est beaucoup de plaisir pendant le match et de la souffrance après. En effet, pendant le match, nous avons le micro ouvert pendant 2h on s’exprime librement. Après le match, nous pouvons avoir un debriefing critique avec tout ce que l’on n’a pas dit, ce que l’on aurait pu dire, et les quelques erreurs factuelles réalisées pendant le commentaire. Notre après-match ressemble un peu à celle d’un entraîneur. Ce métier de journaliste sportif est un prolongement de l’enfance, c’est une passion mais c’est aussi un métier, un vrai travail. Vincent Duluc : Je prends du plaisir à conter les matches, c’est un exercice que je fais depuis très longtemps, j’ai donc moins de stress. Une des clés pour les jeunes journalistes sportifs, c’est la gestion du stress. Il faut garder les idées claires, identifier les 3 ou 4 points clés du match avant de commencer le travail d’écriture. J’écris toujours après le match, jamais pendant. Méthodiquement, un soir de match, je prends des notes mais le moins possible. Plus on prend des notes, plus on perd du temps à la fin du match. Le compte rendu a beaucoup évolué avec l’arrivée d’internet, avant il y avait 80% de descriptif et 20% d’analytique. Aujourd’hui nous devons aller voir plus loin, car les comptes-rendus descriptifs sont disponibles sur internet. Il faut réfléchir à l’évolution du rapport de force, voir les conséquences du résultat, voir individuellement quels sont les joueurs qui ont gagné ou perdu des points. Je mets environ 40 minutes pour rédiger mon article de 3500 à 5000 signes. C’est un feuilleton que je suis avec les différents clubs et l’Equipe de France. Sur une prise de note, je peux rédiger quelques phrases clés qui me viennent pendant le match.

    Plus d'actus :